Témoignages

MEJamhour

Mouvement Eucharistique des Jeunes - Jamhour

Témoignage de Joseph Habbouche (le premier responsable national du MEJ au Liban) à l’occasion des 50 ans d’activités du MEJ au Liban:

 

Chers amis,

Je vous remercie infiniment d'avoir pensé à moi, votre invitation à participer aux 50 ans du MEJ me touché profondément.

Je vous porterai tous dans ma prière lors de mon pèlerinage en Italie et particulièrement le jour de la fête et surtout le jour de la canonisation des Saints Pères Jean XXIII (après tout c'est un peu grâce à lui que la Croisade Eucharistique est devenue MEJ) et Jean Paul II (le pionnier du Christ et son plus ardent Témoins des temps présents).

Pour ma part, j'ai été à cheval entre la Croisade Eucharistique (de 8 ans à 13 ans) et le MEJ (de 14 ans à 34 ans officiellement et je puis dire jusqu'à aujourd'hui effectivement et j'espère plus encore). J'ai vécu l'aggiornamento du MEJ dès les premiers jours et je vous le dis, avec beaucoup de fierté, j'ai participé à la diffusion de l'esprit MEJ dans tout le Liban entre 1967 et 1975. La guerre du Liban nous a fait beaucoup perdre et c'est presque à zéro que le mouvement a repris dans les années 80. Le plus dur était de convaincre les responsables religieux de l'importance de l'apostolat des laïcs et heureusement que le Père Abdallah Dagher sj. avait adhéré à l'idée de la création d'une Equipe Nationale. La première vit le jour en 1982.

J'ai eu l'honneur d'être le premier responsable national. Mon rôle était de structurer le MEJ à l'image de celui de France et de travailler à consolider le rôle des laïcs dans l'animation du mouvement. A ce titre j'ai œuvré pour que le MEJ soit reconnu par le Conseil pour l'Apostolat des Laïcs (CAL) au Liban ce qui fut fait l'année même.

Actif, au nom du MEJ, dans le sein du CAL, j'ai représenté avec César Essayan (Père César maintenant) notre mouvement à la première JMJ à Rome en avril 1985. Rencontre privée du groupe représentant les jeunes du Liban avec Jean Paul II après avoir prié avec lui et partagé l'Eucharistie dans sa chapelle personnelle. Nous avons tous été transformés ce jour-là.

Et grâce au MEJ la première Journée des Jeunes (rassemblement des jeunes de tous les mouvements et des paroisses) eu lieu en 1985 au Collège Saint Joseph - Antoura.

Avec la 1ère Equipe Nationale nous avons relancé le MEJ. Nous avons organisés les premiers week-ends de formation des JK et des responsables, relancé les revues par section et parcouru les différents centres pour activer cette relance. Tâche difficile mais ô combien exaltante !

Chacun de nous a apporté sa petite pierre et l'édifice a poussé, grandit et continue à grandir la relève étant assurée depuis.

Tout cela a pu avoir lieu grâce à l'amour qui régnait entre nous et surtout grâce à celui du Seigneur qui pratiquement était au centre de notre action ; ne sommes-nous pas supposés être ses Témoins toujours et partout ?

Nous avons vu et entendu ...

OUI je suis une personne aimée du Seigneur et je n'ai pas peur de proclamer son Amour : "Le Seigneur m'a touché et j'ai fleuri !"

A vous tous réunis pour fêter les cinquante ans du MEJ, que la Joie du Seigneur vous remplisse le cœur, que son Amour vous anime et que sa Paix demeure en vous. Je vous aime!

Fête des mères (22 mars 2014)

 

Ce n’était pas la première fois qu’on fête le jour des mères. Chaque année, la célébration présente un goût différent mais cette année, la fête n’était pas comme les autres.

Je me demandais toujours que faisaient mes enfants chaque samedi de 15h à 18h au MEJ, eh bien, cette fois, j’ai eu l’occasion d’avoir la réponse et même de participer avec eux.

Le samedi 22 mars 2014, je participais aux étapes, mais j’avoue que j’étais surtout occupée à faire la connaissance des amis de mes enfants, de leurs responsables, de leurs responsabilités, la façon de gérer une équipe, de communiquer avec leurs amis, leur esprit d’équipe, leur esprit religieux et surtout la présence de Jésus dans leur vie.

Ils sont une famille. Ils n’étaient pas des amis, mais des frères et sœurs. J’ai remarqué la joie, la politesse entre ces jeunes, la créativité, l’aide et beaucoup de bonnes qualités… J’ai été satisfaite !

Merci à tous les responsables, merci à toute l’équipe du MEJ, du plus petit au plus grand. Félicitations, personnellement ça m’a donné la joie au cœur et je suis fière de voir ces jeunes qui sèment la joie, et l’espérance au sein d’une société pleine de problèmes sociales et de désespoir.

VIVE LE MEJ !!!

Mona Farés (Mère d’Anthony 2nde4, Joe 4e1 et Maria 7e3)

 

Témoignage de Jeunes

Qu’est-ce que le MEJ pour toi ?

Le MEJ pour moi est une grande partie de ma vie, pour ne pas dire LA plus grande partie. Ce n'est pas un simple engagement, mais c'est une source de vie, une source qui m'a changée, qui a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui, qui m'a guérie à plusieurs reprises, et qui continue à m'aider chaque jour. Le MEJ pour moi est le meilleur chemin pour grandir, donner de soi, aimer, et bien sûr marcher vers Dieu.

Nour Yazbeck - 1ère H

"Qu'est-ce que le MEJ pour toi ?" Ce n'est pas la première fois qu'on me pose une question pareille... Et il est difficile de répondre uniquement en quelques mots. Pourtant si je commence, je ne finirai plus ! Donc brièvement, le MEJ pour moi est une aventure, une nouvelle expérience exceptionnelle qui m'est offerte. Le MEJ est une ouverture aux autres et à Dieu. Ce n'est pas uniquement un mouvement auquel je participe mais c'est un mode de vie...

Marilynn Berbary -1ère 2

Le MEJ c'est un mode de vie.

Le MEJ fait partie de ma vie.

Le MEJ m’a apporté une formation exclusive.

Mon engagement au MEJ est ce qui m'accompagne depuis l’âge de 9ans et continu.

La description du MEJ est infiniment grande.

Ghina Abboud - 2nde 7

Brièvement

LE MOUVEMENT EUCHARISTIQUE DES JEUNE = MA VIE, MA SECONDE FAMILLE

Maria Daccache - 2nde 3

C'est apprendre aux jeunes à trouver Jésus Christ entre eux dans leur vie quotidienne.

Elia Abou Jaoudé – Responsable TA

Deux choses qu’on apprend toujours, indirectement grâce au MEJ : le Volontariat et l’Engagement ; deux qualités en voie de disparition dans notre société matérialiste.

Youssef Féghali – Responsable du Centre

Go make a difference; we can make a difference

Go make a difference in the world

Après un cheminement au MEJ, une démarche de choix nous est proposée : ENVOI APOSTOLIQUE. C’est un choix pour une personne qui a bien terminé sa vie universitaire et s’est lancée dans le domaine professionnel. Elle décide alors de faire un choix à vie.

Le 11 octobre 1996, j’ai été inscrite au mouvement que je ne connaissais point dans le but de s’ouvrir et d’acquérir un sens de responsabilité. J’ai grandi à Jamhour dans un environnement mélangé : d’une part la classe sociale qui met beaucoup d’attention sur l’apparence et l’autre classe sociale que je peux la nommer normale. C’est avec ce chaos que j’ai grandi et que je découvris de jour en jour la non importance du matériel, qui malheureusement défini de nos jours la personnalité de chacun. Heureusement que le MEJ et l’esprit de famille avaient une très grande influence sur ce que je suis maintenant. J’ai grandi avec le verset « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Mth 10,8. Et de jour en jour, je trouvais sens à cette phrase. Beaucoup d’expériences m’ont marqué au MEJ : je cite le voyage en Egypte qui m’a permit de voir les choses d’un autre angle : De la mort…Dieu peut créer la vie.

L'injustice me tue, au travail de voir des gens qui ne peuvent pas réagir de peur d'être renvoyé du travail. A la croix rouge, les hôpitaux qui ne pensent qu'à l'argent et rejettent les malades. Au MEJ et n’importe quel autre mouvement, on ne peut plus donner gratuitement, les JKs qui préfèrent travailler, partir faire du loisir au lieu de donner aux autres ce qu'ils ont reçu gratuitement. Face à tout ceci, je me sens incapable, je veux changer, mais comment, c'est pour tout cela, que j’ai décidé de me lancer dans cette nouvelle aventure. C’est avec l’aide de mon accompagnateur, Robert Chammas, que j’ai commencé. J’ai découvert des phases cachées de moi et l’important c’est que j’ai découvert mes 5 pains et mes 2 poissons que j’ai à offrir au Seigneur :

1.Confiance en Dieu et en moi

2.Servir l’autre

3.Franchise

4.MAGIS

5.Non attachement aux choses matérielles

6.Toujours à l’écoute

7.Aventurière, aime le risque et les idées nouvelles

Le MEJ m’a beaucoup donné et c’est le temps d’élargir un peu le cercle. Ce n’est pas par hasard que je suis né au Liban. Ce n’est par hasard que je suis né à Deir El Kamar…c’est pour cela que j’ai décidé de centrer une partie de mon choix sur une mission sociale dans cette région surtout avec les enfants qui sont mon point faible. Le travail est à long terme….des petites étincelles jaillissent déjà.

D’autre part, un besoin vital me paraissait important. Nous sommes des jeunes Eucharistiques. Ou sommes-nous de ca ? Nous sommes témoins de quoi ? … La réponse était LA BIBLE. Oui c’est de vivre la parole qui nous manque pour en être des témoins. Et comment vivre cette parole si je ne la connais pas. La deuxième partie de mon choix, sera centrée sur un partage biblique mensuel pour les JKs et responsables du MEJ dans tout le Liban pour pouvoir être proche de la parole et en être témoins près des jeunes.

Je partage avec vous un texte qui m’a accompagné et qui sera mon élan.

Les chemins de fer indiens sont encore aujourd'hui très archaïques et il n'est pas rare de voir circuler des trains constitués de wagons de marchandises sommairement aménagés pour le transport de voyageurs, dans des conditions que nous n'imaginerions pas en occident ni en orient.

Un tel train faisait le trajet de Jodhpur à Delhi, soulevant un nuage de poussière sous un ciel de plomb. En plus des ouvertures aménagées dans les parois des wagons, les portes avaient été ouvertes tellement la chaleur était insupportable, rendant le mélange des odeurs ambiantes particulièrement nauséabond Le train, bien qu'avançant à vitesse réduite, était secoué par les chaos et la station debout était pénible. Les objets comme les voyageurs ne pouvaient pas garder une place stable plus de quelques instants.

Un voyageur, assis sur le marchepied à la porte ouverte d'un wagon, regardait paisiblement le paysage qui défilait sous ses yeux tout en conversant avec son ami. Soudain le wagon fut secoué par un chaos plus important, et le voyageur, surpris, perdit la sandale de son pied gauche. Celle-ci roula au sol contre le rail et finit sa course sur le ballast. Aussitôt, sans hésiter, le voyageur jeta sa seconde sandale dehors

•Mais que fais-tu ? lui demanda son ami. Pourquoi jettes-tu ta deuxième sandale ?

•Je n'ai que faire d'une seule sandale. Et il faudra bien de toute façon que j'en rachète une paire complète. Par ailleurs celui qui trouvera celle qui est tombée ne pourra rien faire d'une seule sandale non plus. Alors si par chance il trouve les deux, j'aurais fait un heureux

Maria Bou Rjaily

Responsable Nationale du MEJ au Liban (Responsable du centre MEJ au Collège Notre-Dame de Jamhour 2009-2012)

13 décembre 2013

Copyrights © MEJamhour 2013 - 2017